« The War for Eurabia », by Caroline Fourest ainsi que sa traduction en Français [Le texte evoqué par M. Chichah lorsqu’il a été désigné et appelé au devant de la salle de conférence par M. Guy Haarscher. Le passage traitant de ce texte a été retiré des vidéos reprises par les médias. Mme Fourest a dit lors de la conférence que ce texte est un texte dénonçant la politique de Sarkozy mais le mot Sarkozy n’y figure pas… ]

« The War for Eurabia », by Caroline Fourest  ainsi que sa traduction en Français

[Le texte evoqué par M. Chichah lorsqu’il a été désigné et appelé au devant de la salle de conférence par M. Guy Haarscher. Le passage traitant de ce texte a été retiré des vidéos reprises par les médias. Mme Fourest a dit lors de la conférence que ce texte est un texte dénonçant la politique de Sarkozy mais le mot Sarkozy n’y figure pas… ]

  • « The War for Eurabia », by Caroline Fourest 
     The Western world, but Europe in particular, is the main battleground for the Islamists. Secret services regularly thwart terror attacks whose targets are on European soil. In the past few weeks, France,  Germany and Italy separately uncovered alleged terrorist cells, including recruiters for the insurgency in Iraq.

 

   But Europe is also the frontline for Islamists who have chosen a more « political » approach. Nearly five years ago, Sheik Yusuf Qaradhawi, star imam on the al-Jazeera news channel and president of the European Fatwa Council, was very clear: « With Allah’s will, Islam shall return to Europe, and Europeans shall convert to Islam. They will then be able to propagate Islam to the world. »…

 

   The Islamists who were trained or influenced by the Muslim Brotherhood, the Egyptian group founded by Hassan al-Banna in 1928, share this vision. Since their failed attempt to seize power in Egypt, and even more since they lost the civil war in Algeria, Europe has become the top priority: the Islamists’ third round… Their strategies diverge. Terrorists target symbols of the West through violence. Reformers, on the other hand, have made the struggle against Westernization the priority–one they lead from Europe, through mosques and radio shows and publications. In North Africa or the Middle East, where they pose a direct threat to the regimes in place, they are closely watched, even chased. But in Europe, they take advantage of free speech and democracy as well as the failure of Arab immigrants to integrate. Here, they recruit at their leisure–offering renewed pride and a political family united by a belief in radical Islam to thousands of alienated Muslims. The West is used as a formidable base camp to recruit new troops. With them, the Islamists hope to take their revenge in the East. That’s why the leaders of radical political Islam are found more often in London or Geneva than in Kabul or Baghdad…

 

   Yusuf Qaradhawi, the telegenic imam, was once expected to become the Official Guide of the Muslim Brotherhood movement in Egypt. But he refused, saying that his mission in Europe was the priority. In fact, he retains great power of influence by presiding over the European Council of the Fatwa, based in London, which pronounces fatwas (religious rulings) for European Muslims. One of these fatwas justifies the use of suicide bombings against civilians. No other Islamic authority, in Egypt or in Iran, has ever dared to pass a similar ruling. Hamas, the armed branch of the Muslim Brotherhood in Palestine, has used this European ruling to justify its operations. The man who guides the Muslims of Europe also says that any contacts with Jews must be with « the sword and the gun. » Yet it is Mr. Qaradhawi whom the mayor of London, Ken Livingstone, took in his arms July 17 during a rally in favor of the chador organized in the British capital…

 

   Less talked about is the Leicester Foundation, created by Pakistani Islamists to propagate the ideas of Sayyid Qutb, the Egyptian thinker who inspired bin Laden’s call for Jihad against the « apostate tyrants, » and Sayyid Abu’l-A’la Mawdudi, the Pakistani theologian who advocates a return to Sharia law. Though a radical propaganda institute, the foundation received a prize from Prince Charles–more proof that the Islamists are quite right to bet on the naïveté of Western democracies…

 

   Another Islamist safe haven hasn’t yet decided to act: Switzerland. With its long tradition of neutrality and its role as an international banking center, the country is hesitant to harass Islamists who still have the moral–and often financial–backing of Saudi investors. At the beginning of the 1960s, with the patronage and protection of the Saudi royal family, Hassan al-Banna’s favorite disciple, Saïd Ramadan, was able to establish an Islamic Center in Geneva, which served as a refuge for the Muslim Brotherhood and as a base camp for fundamentalists trying to Islamize the  Continent. Since his death in 1995, his sons, all on the administrative board of the Geneva Islamic Center, have kept up the fight.

 

   The center’s official director, Hani Ramadan, has just been fired by the Swiss Ministry of Education for condoning stoning as an act of purification and calling AIDS God’s punishment in an article in the French daily Le Monde… A report from the Swiss secret services also includes testimony from a former Geneva Islamic Center insider who says that he took part in 1991 in a meeting between Aymen al-Zawahiri, Omar Abdel-Rhaman, the man behind the 1993 World Trade Center bombing, and two of Saïd Ramadan’s sons: Hani and Tariq Ramadan.

 

   Tariq Ramadan has provoked ample discussion in Europe and the United States. Hired last year by Notre Dame to teach « peace between civilizations, » the U.S. denied him a visa on security grounds, bringing criticism from many quarters. But despite his apparently angelic and irreproachable message, Tariq Ramadan is indeed unqualified to teach on « peace between civilizations. » On television sets and in the many interviews…he presents himself as a man of dialogue, with no links to the Muslim Brotherhood…  But in his cassettes and books, distributed in radical Islamist libraries and shops, he employs a different discourse that explains and praises the teachings and methods of Hassan al-Banna, without any critical analysis… Tariq Ramadan openly supports Hamas as a « resistance » movement. When he’s asked whether he approves of the killing of an 8-year-old Israeli child who will grow up to be a soldier, he answers: « That act in itself is morally condemnable but contextually explicable, » since « the international community has put the Palestinians in the arms of the oppressors. » True to the Muslim Brotherhood’s new orientation, Tariq Ramadan has pronounced the West to be « dar el shaada, » which is to say the land where he is to undertake his religious mission… [F]or all matters relating to theology, he advises his listeners to turn to his mentor: Yusuf Qaradhawi. Just like Mr. Qaradhawi, Tariq Ramadan says that he is waiting for the proof that al Qaeda is…responsible for September 11.

 

   Tariq Ramadan wants to make America his next mission, hoping to seduce the African-American community, and even the American left-wing. Though intellectuals–often Arab and/or Muslim ones–have warned against his influence for the past 15 years, there have always been other intellectuals, more often than not progressive ones from the West, who get tricked by his double message, to the point of taking his defense. Even, and especially, when he claims to be a victim of an Islamophobic or Zionist conspiracy.

 

   Herein lies the greatness and weakness of democracy: Even those who despise it know how to use it to their advantage. Whether terrorist or « simply » political ones, the Islamists post a grave threat to Western democracies. Can this underground guerrilla movement against individual and public liberties be endlessly tolerated in the name of these same liberties? And on the other hand, can these liberties be weakened without abandoning the ideals that make us different from the enemies of democracy? The solution probably lies in the middle. And it certainly requires that extreme vigilance be maintained.

(Caroline Fourest is the author of  Frère Tariq (Grasset, 2004). Alfred de Montesquiou translated this article from French.)

__________________________________________________________________

  • “La Guerre de l’Eurabie”, par Caroline Fourest

by Xéniste

L’essayiste française Caroline Fourest a publié le 2 février 2005 dans le Wall Street Journal un article intitulé “The War for Eurabia” (1).  La tribune étant en anglais, il semble approprié de reproduire ici une traduction, rédigée par R. M.,  qui permettrait aux lecteurs francophones d’en saisir le contenu en toute clarté et de se forger une opinion quant aux thèses qui y sont développées.

La Guerre de l’Eurabie

Par Caroline Fourest

PARIS – Le monde occidental, et l’Europe en particulier, est le principal champ de bataille des islamistes. Les services secrets déjouent régulièrement des attentats terroristes dont les cibles se situent sur le sol européen. Au cours des dernières semaines, la France, l’Allemagne et l’Italie ont chacune démasqué des cellules terroristes supposées, y compris des recruteurs pour l’insurrection irakienne.

Mais l’Europe est aussi la ligne de front des islamistes privilégiant une approche plus “politique”. Il y a presque cinq ans, le Cheikh Youssouf Qaradhawi, imam-star de la chaîne d’information Al Jazeera et président du Conseil européen de la Fatwa, s’est montré très clair : “Avec la volonté de Dieu, l’islam reviendra en Europe, et les Européens se convertiront à l’islam. Ils seront dès lors en mesure de propager l’islam dans le monde entier”.

Ce théologien – bénéficiant d’un large public dans le monde arabe et en Europe – ne pense pas que la reconquête ait besoin d’être violente. Pour lui, la religion musulmane préparera le terrain. “J’affirme que cette fois, la conquête ne s’effectuera pas par l’épée, mais par le prosélytisme et l’idéologie”.

Les islamistes formés ou influencés par les Frères musulmans, le groupe égyptien fondé par Hassan el-Banna en 1928, partagent cette vision. Depuis leur tentative avortée de prise de pouvoir en Égypte, et plus encore depuis leur défaite dans la guerre civile algérienne, l’Europe est devenue leur première priorité : le troisième round des islamistes. Qu’ils choisissent l’option djihadiste, comme Ayman al-Zawahiri – le n°2 et théoricien d’Al-Qaïda -, ou qu’ils optent pour une approche “réformiste”, les islamistes inspirés par les Frères musulmans poursuivent tous le même rêve, formulé par Hassan el-Banna : “faire flotter le drapeau de l’islam partout où vit un musulman”.

Leurs stratégies divergent.

Les terroristes ciblent par la violence les symboles de l’Occident. Les réformateurs, par contre, ont fait de la lutte contre l’occidentalisation leur priorité – une lutte qu’ils mènent depuis l’Europe, à travers des mosquées, des émissions de radio et des publications. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, où ils posent une menace directe pour les régimes en place, ils sont étroitement surveillés, voire même persécutés.

Mais en Europe, ils profitent de la liberté d’expression et de la démocratie, ainsi que de l’incapacité des immigrés arabes à s’intégrer. Ils y recrutent à leur aise – offrant à des milliers de musulmans aliénés une nouvelle fierté et une famille politique unie par la croyance en l’islam radical. L’Occident est utilisé comme une formidable base arrière pour recruter de nouvelles troupes. Grâce à elles, les islamistes espèrent prendre leur revanche de l’Orient. C’est pourquoi les leaders de l’islam politique radical se trouvent le plus souvent à Londres ou à Genève qu’à Kaboul ou à Bagdad.

“Londonistan”

Youssouf Qaradhawi, l’imam télégénique, fut jadis le favori pour devenir le Guide Officiel des Frères musulmans en Égypte. Mais il refusa, arguant que sa mission en Europe était prioritaire. En réalité, il conserve un grand pouvoir d’influence en président le Conseil européen de la Fatwa, qui prononce les fatwas (jugements religieux) à l’attention des musulmans européens. Une de ces fatwas justifie l’usage d’attentats kamikazes contre des civils. Aucune autre autorité islamique, en Égypte ou en Iran, n’a jamais osé émettre un tel jugement. Le Hamas, branche armée des Frères musulmans en Palestine, s’est servi de ce jugement européen pour justifier ses opérations.  L’homme qui guide les musulmans d’Europe a aussi déclaré que tout contact avec les juifs doit se faire “par l’épée et le fusil”. Cela n’a pas emêché le maire de Londres, Ken Livingstone, de prendre M. Quaradhawi dans ses bras le 17 juillet lors d’un meeting en faveur du tchador organisé dans la capitale britannique.

Cette ville, devenue un havre de l’islam radical, a désormais un nouveau surnom : “Londonistan”. Les figures médiatiques en sont bien connues : Abu Hamza, Abu Qatada ou Omar Bakri, un réfugié syrien qui n’a jamais caché son admiration pour Oussama Ben Laden.

Dans un registre moins médiatique, la Fondation Leicester a été créée par des islamistes pakistanais pour propager les idées de Sayyid Qutb, le penseur égyptien qui inspira l’appel du djihad d’Oussama Ben Laden contre les “tyrans apostats”, et de Sayyid Abu’l-A-la Mawdudi, le théologien pakistanais qui recommande un retour à la loi de la Charia. Par l’intermédiaire d’un institut de propagande radicale, la fondation pakistanaise a reçu un prix des mains du Prince Charles – une preuve supplémentaire que les islamistes ont bien raison de parier sur la naïveté des démocraties occidentales. Peut-être ces États espèrent-ils, en échange, une relative protection de leur propre sol. La Grande-Bretagne semble néanmoins remettre cette politique en question depuis que la police a découvert des plans d’attaques terroristes. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

La Genève Connection

Autre havre des islamistes, la Suisse non plus ne s’est pas encore décidée à agir. Avec sa longue tradition de neutralité et son rôle de centre bancaire international, le pays hésite à s’attaquer aux islamistes, qui bénéficient encore du soutien moral – et souvent financier – des investisseurs saoudiens. Au début des années 60, sous le patronage et la protection de la famille royale saoudienne, Saïd Ramadan, le disciple favori d’Hassan el-Banna, est parvenu à établir un centre islamique à Genève, qui servit de refuge aux Frères musulmans et de camp de base pour les fondamentalistes s’efforçant d’islamiser le continent. Depuis sa mort en 1995, ses fils, tous membres du Conseil d’administration du Centre islamique de Genève, ont repris le flambeau.

Le directeur officiel du Centre, Hani Ramadan, vient d’être licencié par la ministre suisse de l’Éducation pour avoir affirmé que la lapidation constituait un acte purification, et pour avoir qualifié le SIDA de châtiment de Dieu dans un article au quotidien français Le Monde. Il est aussi célèbre pour avoir appelé les jeunes hommes à refuser de servir dans l’armée française pendant la Guerre d’Afghanistan, et pour avoir organisé plusieurs manifestations “contre les impies” aux portes des Nations Unies en compagnie d’anciens militants de l’organisation terroriste algérienne GIA.

Le Centre islamique de Genève a donné la parole à l’un d’eux le 2 octobre dernier. Un rapport des services secrets suisses inclut un témoignage d’un ancien initié du Centre islamique de Genève qui affirme avoir pris part en 1991 à une rencontre entre Ayman al-Zawahiri, Omar Abdel-Rahman – l’homme derrière l’attentat à la bombe du World Trade Center de 1993 -, et deux des fils de Saïd Ramadan : Hani et Tariq Ramadan.

Tariq Ramadan a fait l’objet de vastes débats en Europe et aux États-Unis. Engagé l’année dernière par Notre Dame pour enseigner la “paix des civilisations”, les États-Unis lui ont refusé un visa pour des motifs de sécurité, ce qui leur a valu de multiples critiques. Mais en dépit de son message apparemment angélique et irréprochable, Tariq Ramadan n’est évidemment pas qualifié pour enseigner la “paix entre les civilisations”. Sur les plateaux de télévision et dans les nombreuses interviews qu’il donne à la presse, il se présente comme un homme de dialogue, sans aucun lien avec les Frères musulmans : un penseur qui ne fait que contextualiser la pensée de son grand-père, de son père ou de son frère.

Mais dans ses cassettes et ses livres, distribués dans les librairies et les magasins islamistes radicaux, il emploie un tout autre discours qui explique et glorifie l’enseignement et les méthodes de Hassan el-Banna, sans la moindre analyse critique. Cela fait de lui non plus seulement le petit-fils de son grand-père (ce que personne ne peut lui reprocher), mais son héritier politique. Lorsqu’on lui demande s’il approuve le meurtre d’un enfant israélien de 8 ans qui deviendrait un soldat à l’âge adulte, Ramadan répond : “C’est en soi moralement condamnable mais contextuellement explicable”, dans la mesure où “la communauté internationale a abandonné les Palestiniens aux mains de leurs oppresseurs”.

Fidèle à la nouvelle orientation des Frères musulmans, Tariq Ramadan a désigné l’Occident comme “Dar ash-Shahâda”, c’est-à-dire comme la terre où il doit accomplir sa mission religieuse. Il tire avantage de cette aura pour enseigner aux jeunes femmes qu’une bonne musulmane se doit d’être prude, et donc voilée, décrire l’homosexualité comme un “déséquilibre mental”, justifier la polygamie, et décourager les mariages mixtes entre musulmans et non-musulmans. Plus encore, pour tout ce qui concerne la théologie, il conseille à son public de se tourner vers son mentor, Youssouf Qaradhawi. Tout comme Qaradhawi, Tariq Ramadan ne dit pas avoir vu ce à jour de preuve de la responsabilité d’Al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre.

Tariq Ramadan veut faire de l’Amérique sa prochaine terre de mission, espérant séduire la communauté afro-américaine, et même la gauche étasunienne. Même si des intellectuels – souvent arabes et/ou musulmans – ont mis en garde contre son influence au cours des 15 dernières années, il y a toujours eu d’autres intellectuels, le plus souvent des progressistes occidentaux, pour se laisser berner par son double discours, allant jusqu’à prendre sa défense. Particulièrement lorsqu’il prétend être la victime d’une conspiration islamophobe ou sioniste.

Telle est à la fois la grandeur et la faiblesse de la démocratie : même ceux qui la détestent savent comment s’en servir à leur avantage. Que leurs méthodes soient terroristes ou simplement “politiques”, les islamistes constituent une grave menace pour les démocraties occidentales. Est-il possible de tolérer indéfiniment ce mouvement de guérilla souterrain contre les libertés publiques et individuelles, au nom de ces mêmes libertés ? Par ailleurs, est-il possible de restreindre ces libertés sans abandonner les idéaux qui font la différence entre nous et les ennemis de la démocratie ? La solution est probablement entre les deux. Et elle requiert certainement le maintien d’une extrême vigilance.

(1) http://online.wsj.com/article/0,,SB110729559310242790,00.html – il faut vous inscrire au Wall Street Journal pour avoir accès à l’article dans sa version originale

___________________________________________________________

Sources:

  1. La VO sur le site du WSJ : http://online.wsj.com/article/0,,SB110729559310242790,00.html ; la même version en accès libre : http://www.jewishtoronto.com/page.aspx?id=97015 et sa traduction en français :http://xenismes.wordpress.com/2012/02/25/la-guerre-de-leurabie-par-caroline-fourest/

 

Publicités
Cet article, publié dans articles, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s